Skip to main content

2éme Festival de Jazz Manouche du Hohlandsbourg

Pour la deuxième année consécutive, j'ai sorti mes chaussures de marche, pris mon bâton de pèlerin et gravi les chemins ardus qui mènent au chateau du Hohlandsbourg un costard et pris le Bus qui fait la navette jusqu'au sommet.

Pour ceux qui ne connaitraient pas le château du Hohlandsbourg, ce monument bâtit au XIIIèm siècle surplombe la plaine d'Alsace à l'entrée de la vallée de Munster au dessus de Wintzenheim. Il a fait l'objet d'importants travaux de restaurations ces dernières années et on y trouve donc maintenant ... de quoi se restaurer! Trêve de plaisanterie, c'est donc un des hauts lieux touristiques de la région et un cadre des plus pittoresques pour y organiser des concerts.

Cette année, le festival qui s'étend sur 3 jours affiche des noms prestigieux (en même temps, ne pas se fier aux noms : après tout chez les manouches on est musicien de père en fils, d'oncles en cousins, de demi-frères en cousin-germains au quatrième degrés par alliance et encore on est pas sur que le mariage a bien eu lieu... :), jugez plutôt :
REINHARDT, LOEFFLER, NITESCU, BRATSCH, etc...

Pas le temps d'admirer le paysage du haut des remparts, on nous en chasse, le concert va bientôt débuter.
Cédric Loeffler Trio ... Deux guitares et une contrebasse pour un Jazz plus smooth que rythmé, toujours une dextérité impressionnante de la part des guitaristes, je profite du spectacle pendant que le soleil couchant nous dit adieu. J'en profite également pour me sustenter (n'y voyez rien de sexuel !) et rencontre quelques amis, ce qui altérera forcément la précision de cet "article" au profits de conversations forts sympathiques... J'espère que mes nombreux  lecteurs ne m'en tiendront pas rigueur ! ^_^
Bien qu'ayant suivi le premier concert d'une seule oreille, le set fut agréable sans pour autant atteindre les sublimes prouesses d'un Yorgui Loeffler vu l'an passé ici même!


Second concert : David Reinhardy trio + Costel Nitescu.
Toujours dans un registre très Jazz mais avec l'ajout d'une batterie et d'un orgue, donc forcément quelques chose de plus électrique et rythmique, chacun maîtrise son art sans faille, c'est notamment très impressionnant sur la fin du concert lorsque chaque musicien prend son instant "solo" (superbe solo de batterie!).
Au milieu du set ils sont rejoint par Costel Nitescu, déjà présent à la première édition et toujours aussi sublime au violon (agrémenté cette année d'effets "from outer space"  :-)

Quelques reprises de l'enfant du pays Bireli Lagrene et bien sur de Django Reinhardt auquel le festival rendait hommage à l'occasion du 50ème anniversaire de sa mort. L'innévitable "Minor Swing" y est évidemment passé.

Dans l'ensemble une agréable et fraiche soirée en bonne compagnie, mais que demande le peuple?

Je tiens également à souligner la qualité de l'organisation du festival, que ce soit le système des navettes, la vente des billets ou l'accueil sur site, ça respire le professionnalisme.

Comments